Pourquoi est-ce que jouer des petites cotes me rapporte de l’argent ?

ParDavid Tennerel

Pourquoi est-ce que jouer des petites cotes me rapporte de l’argent ?

 

Bonjour à tous, nouvelle vidéo aujourd’hui pour le blog parieur-pro.fr. Aujourd’hui, c’est une vidéo qui me tient à coeur parce que depuis 4 ans que je fais des paris sportifs, on me demande toujours: est ce que c’est bon de jouer des petites cotes? 

 

Alors pourquoi on me demande ça et d’où est ce que ça vient cette question sur les petites cotes ? 

On va déjà parler de l’intuition des parieurs. Quand un parieur entend petite cotes, qui peut être 1,20; 1,30 ou 1,40, son intuition se dit qu’il va falloir gagner beaucoup de paris pour réussir à gagner de l’argent. Ce qui est vrai, il va falloir un taux de réussite important pour réussir à générer des gains grâce aux petites cotes. Du coup, la masse de parieurs générale, à cause de cette intuition ne va pas ou très peu jouer les petites cotes. Pour les parieurs, quand on gagne, on gagne peu et quand on perd ça va être très long de rattraper les pertes en ne jouant que des petites cotes. Ce qui se passe c’est que le bookmaker sait que les parieurs n’aiment pas les petites cotes d’une manière générale. 

Comme les bookmakers observent les parieurs et se sont rendus compte au fil des années que les parieurs préféraient jouer les grosses cotes. Un parieur préfère largement jouer une cote à 5 plutôt qu’une cote à 1,20 puisque bien évidemment quand il va jouer une cote à 5, il va multiplier sa mise par 5 quand il va gagner et pour lui c’est beaucoup plus facile d’être rentable sur le long terme en jouant ce type de côtes. C’est l’intuition des parieurs! Et les bookmakers, après avoir observé le comportement des parieurs, se sont adaptés à ce que font les parieurs. 

Par exemple, imaginons une cote à 1,20 pour la victoire de Federer et en face une cote à 5 contre 1 pour un jouer de tennis lambda beaucoup moins fort. Ce qui se passerait si jamais les bookmakers ne tenaient pas compte de ce que font les parieurs, ils ajusteraient au mieux les cotes au plus proche de la probabilité de réalisation des événements. Pour eux si Federer avait 4/5 chance de gagner et bien il serait coté à 1,20 et si l’autre joueur en face avait 1/5 chance il serait coté 5 contre 1. C’est ce que ferait le bookmaker si les parieurs jouaient de manière équilibrée autant sur les petites cotes que sur les grosses cotes. Mais étant donné qu’il y a pas mal de parieurs qui préfèrent les grosses cotes, il y a pas mal de parieurs qui vont jouer la grosse cote en face de Federer. Donc ce que va faire le bookmaker pour s’adapter à ça, c’est qu’étant donné que personne ne joue la petite cote et beaucoup joue la grosse cote, c’est qu’il va volontairement augmenter la petite cote donc il peut par exemple la passer à 1,22 et il va abaisser la cote à 5 contre 1, il va peut être la passer à 4,70 par exemple. Du coup, ce qu’il va se passer c’est qu’étant donné que beaucoup de joueurs jouent plus sur la grosse cote, la value va être beaucoup moins présente puisque le bookmaker s’adapte à ça. Donc d’une manière générale, les petites cotes vont être rehaussées et les grosses cotes vont être abaissées et de cette façon les bookmakers vont gagner plus d’argent grâce à cette technique. Ce système porte même un nom c’est ce que l’on appelle le « long shot bias », ça veut dire volontairement réhausser la petite cote puisque les parieurs ne jouent pas dessus, ce qui fait qu’en face la grosse cote est diminuée. Donc voilà, les bookmakers s’adaptent vraiment à ce que font les parieurs.

3ème étape, c’est que l’on va s’adapter à ce que font les bookmakers. Vu que les parieurs ont une intuition et parient d’une certaine manière, les bookmakers s’y adaptent en face pour générer le plus de gains possibles et ce qui est malin de faire c’est de s’adapter à ce que font les bookmakers pour, nous, générer plus de gain. Et c’est ce qu’on fait dans l’espace privé, c’est ce que je fais avec mes pronostics. Pour ceux qui me connaissent, je joue beaucoup de pronostics safe, je suis un adepte des petites cotes et je joue énormément de petites cotes avec succès tout simplement parce qu’il y a beaucoup plus de values bets sur les petites cotes que sur les grosses cotes grâce à cet effet de long shot bias. Donc, je m’adapte à ce que font les bookmakers, ils réhaussent de manière arbitraire en s’adaptant aux parieurs, ils réhaussent les petite cotes et moi je vais aller chercher des values bets sur ces petites cotes. C’est pour ça que jouer des petites cotes d’une manière générale permet de gagner beaucoup plus d’argent que de jouer des grosses cotes. 

C’est déterminé dans mon bilan par exemple sur mes pronostics safe sur le foot, j’arrive à un bilan de 800 pronostics avec des cotes comprises entre 1,10 et 1,40 en moyenne et j’ai 5% de ROI pourtant sur un marché de masse qui est le football avec de grosses limites de mise. J’ai pleins d’autres exemples sur les petites cotes comme par exemple le tennis pour lesquels les bookmakers vont beaucoup s’adapter aux parieurs. Donc si on arrive à comprendre comment fonctionne le bookmaker, derrière on peut en tirer des avantages pour réussir à générer des gains. 

 

Pour résumer, je dirais que les parieurs sous estiment les petites cotes ce qui fait que le bookmaker réhausse ses petites côtes pour gagner plus d’argent sur les grosses cotes en face et du coup les parieurs plus initiés vont eux aller chercher les values bets sur les petites cotes qui sont beaucoup plus intéressantes puisque délaissées par les parieurs, elles sont rehaussées par le bookmaker. 

 

J’espère que je suis assez clair sur le sujet, sur le fonctionnement du système des bookmakers et comment on peut s’adapter pour gagner plus d’argent. Je déconseille de sous estimer les petites cotes car elles sont très intéressantes à jouer de manière générale. Il y a beaucoup plus de values bets sur les petites cotes que sur les grosses cotes de façon générale. 

 

Voilà pour cette vidéo, de mon côté je vous retrouve sur le blog parieur-pro.fr ou sur l’espace privé

 

David 

À propos de l’auteur

David Tennerel administrator