Parier sur les matchs nuls au football

Je vois assez souvent des parieurs tenter d’élaborer des stratégies en jouant exclusivement sur les matchs nuls au football. De mon côté, je pense qu’il peut être possible de générer des gains sur le long terme et que l’on peut trouver des values bets sur ce type de paris. En revanche il est important de comprendre pourquoi on choisit de miser sur un match nul.

J’avais envie de vous partager cet article de Pinnacle qui revient sur les quelques points à prendre en compte lorsque l’on choisit de parier sur un match nul. Concrètement qu’est-ce qui peut favoriser le fait qu’un match se termine par une égalité ?

 

L’élément le plus déterminant: le nombre de buts attendu

A la différence de certains sports qui ont des scores très élevés comme le rugby, le basket ou encore le football américain, un match de football a des chances assez importantes de se solder par un match nul. La probabilité qu’il y ait un match nul est donc intimement liée au nombre de buts (ou points).

Dans cet article, Mark Taylor (expert en paris sportifs et en football) montre quels sont les matchs les plus propices et qui ont le plus de chance de se terminer par un match nul.

En premier league anglaise, environ 26% des matchs se sont soldés par un nul entre 2006 et 2016. Le score le plus fréquent étant 1-1 (42% des matchs nuls), 0-0 (32%) et enfin 2-2 (22%).

Intuitivement, il est évident de penser qu’un match nul a plus de chance de se produire entre deux équipes de niveau relativement égal (en prenant en compte le lieu de la rencontre). Cela se démontre d’ailleurs dans les statistiques puisqu’un prétendant au titre qui accueille une équipe en difficulté aurait une probabilité d’environ 14% de faire un match nul tandis que lorsque ce sont deux équipes de milieu de classement, la probabilité atteindrait 30%.

 

Calculer les chances de match nuls en Premier league

Il faut comprendre que la probabilité que survienne un match nul est liée en grande partie au nombre de buts que sont susceptibles de marquer les deux équipes qui s’affrontent. Ainsi, il est possible de calculer avec une certaine précision la probabilité que survienne un nul si l’on connait le nombre de buts moyens que marqueront les équipes. Pour cela il est possible d’utiliser la loi de Poisson, loi utilisée par les bookmakers pour coter les événements sportifs.

Prenons par exemple un match de premier league où l’espérance du nombre de but s’élève à 2.50 au total entre deux équipes de force totalement égale. Dans cette situation, chacune des équipes marquera en moyenne 1.25 but dans le match.

La loi de Poisson estime dans cette situation que les deux équipes ont alors 29% de chance de ne pas marquer de but durant la rencontre. La probabilité qu’il y ait alors un score de 0-0 est donc de 0.29 * 0.29 = 0.08 = 8% de chance qu’il y ait 0-0 dans ce match.

En utilisant la même technique, on trouverait 13% de chance qu’il y ait un score de 1-1. En additionnant toutes les probabilités qu’il y ait un score de parité (0-0, 1-1, 2-2 etc) on obtient une probabilité de 27% de chance qu’un match nul se produise.

La clé pour connaitre la probabilité qu’un match nul se produise, c’est donc de connaitre le nombre de buts moyen que va marquer chaque équipe face à son adversaire. Les matchs les plus susceptibles de se solder par une égalité sont donc les matchs où les équipes sont de niveau similaire et qui ont des tendances à avoir une bonne défense tout en étant assez inefficace en attaque. Cela donnera des matchs avec peu de buts et donc une probabilité de résultats nuls plus élevée.

 

Conclusion: devenir gagnant en jouant les match nuls

La méthode pour devenir gagnant en jouant sur les matchs nul serait donc dans un premier temps grâce à une analyse efficace, déterminer avec assez de précision le nombre de buts moyens que vont marquer les deux équipes face à face (c’est probablement le plus difficile à faire). En utilisant ensuite la loi de poisson, nous pouvons en déterminer une probabilité qu’un match nul se produise.

Ensuite il faudra comparer cette probabilité à la cote proposée par le bookmakers. Si la cote est trop élevée par rapport à la probabilité que vous avez déterminé, alors le pari est potentiellement value et vous fera gagner de l’argent sur le long terme.

A noter que jouer les matchs nuls, c’est jouer des cotes autour de 3 ou 4 contre 1. Jouer des cotes hautes comme cela entraîne une forte variance. Il faudra ainsi beaucoup de paris dans un historique (au minimum 1000 paris) pour déterminer si potentiellement la stratégie mise en place fonctionne et s’avère gagnante sur le long terme.

David Tennerel

 

Cet article est totalement inspiré de l’article «How to predict draws in soccer ?» de la partie betting ressource du site Pinnacle sport. Merci à Pinnacle pour l’autorisation donnée de réutiliser leurs articles pour le blog parieur-pro.fr.

4 commentaires

  1. Pat

    C’est à peut près la technique que j’utilise dans les sports US. Ce qui me gêne pour le foot c’est qu’il faut au moins 10 matchs pour avoir le potentiel des équipes et éliminer les 5 derniers matchs de la saison. Il reste donc 23 journées par saison soit 230 matchs, et pour avoir une base correcte il faut au moins 2000 références alors que pour les sports US en deux saisons tu a ta base.

    Répondre
    • David Tennerel

      Salut Pat,
      oui c’est vrai ou alors il faut dupliquer ton système sur toutes les ligues européennes et déjà tu auras beaucoup plus de matchs potentiels à jouer.
      David

      Répondre
  2. karip

    il existe des logiciels qui font des algorithmes assez pousser sur les over/under en foot mais ça veut pas forcement dire que la rencontre se termine par un nul.. tu peux avoir la meilleure base de donnée du monde.. trouver les nuls sera assez complexe

    faut pas prendre les bookmakers pour des cons, hein ^^ les cotes sont tellement bien ajuster que meme le hasard est du coter des bookmakers

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *