Les paris sportifs en chute libre (CORONAVIRUS)

ParDavid Tennerel

Les paris sportifs en chute libre (CORONAVIRUS)

Bonjour à tous, 

voilà maintenant près d’une semaine que la totalité des compétitions sportives se sont arrêtées. Il est difficile aujourd’hui de prédire quand les championnats vont reprendre. De nombreux acteurs de ce secteur sont touchés plus ou moins gravement. Alors quelles perspectives à moyen terme ? 

 

Quand le sport va t’il reprendre ? 

Plus le temps passe et plus les événements sportifs s’annulent. Il y a quelques jours l’euro 2020 a été également reporté à l’année prochaine. Les prédictions les plus optimistes voient un retour du sport à partir du 15 avril. On parle d’une date butoir du 30 juin pour finir les différents championnats (selon la LFP ici). 

 Cela serait possible seulement si le confinement prenait fin au terme des deux semaines annoncées par le gouvernement. Au vu de l’évolution de l’épidémie, une prolongation du confinement est plus que probable de mon point de vu. 

 

Les opérateurs en chute libre

Les premiers acteurs touchés dans ce domaine sont les différentes ligues sportives, les médias sportifs (Bein Sport, le journal l’Equipe etc) et bien sûr les différents opérateurs de jeux dans les paris sportifs. Ces derniers sont en effet gravement touchés puisque qu’il n’y a plus de matchs sur lesquels parier. Les poker lui par contre connait une hausse de son activité.

Les joueurs de poker professionnels « profitent » de ces événements pour accroitre leur revenus. En effet, beaucoup de joueurs récréatifs se ruent sur les tables de poker en ce moment et celles-ci sont devenus très profitables pour les personnes qui maitrisent les techniques pour gagner. 

Du côté des parieurs professionnels, parieurs semi-pro et investisseurs dans les paris par contre l’activité est tombée à zéro. Je n’ai pris personnellement que 10 paris en une semaine lorsque j’en prends en temps normal plus de 100 sur cette même durée. 

  

Une fin de saison extrêmement chargée ? 

 Dans un tel contexte on pourrait imaginer au vu des enjeux économiques que les matchs se joueraient quand même à un rythme très important à partir de fin avril (ou courant mai). Il faudrait en effet jouer pour les équipes tous les trois jours pour rattraper le retard avant le début de la saison prochaine. Cette possibilité est envisagée par les différents acteurs. 

De mon côté je reste sceptique. Certes je voudrais pouvoir reprendre mon activité le plus rapidement possible (comme de nombreux français) mais certainement pas au prix de risques sanitaires supplémentaires. Même si le sport occupe une place extrêmement importante dans ma vie, le plus important est de mettre fin à cette crise sanitaire le plus rapidement possible. 

  

David

À propos de l’auteur

David Tennerel administrator