Bien parier sur le E-Sport

ParDavid Tennerel

Bien parier sur le E-Sport

J’ai le plaisir de partager aujourd’hui un article qui traite de la subtilité et de la spécificité de parier sur le E Sport. Cet article a été écrit par un expert français dans ce domaine: Cyril aka Greedyz. Cyril est parieur chevronné sur les compétitions de E Sport et il est aujourd’hui également tipster c’est à dire qu’il partage ses conseils à des investisseurs qui le rémunèrent pour ça. 

J’ai eu la chance de rencontrer Cyril lorsqu’il nous a rejoint dans le club privé parieur pro en 2019 et depuis c’est un plaisir de suivre son travail. Il partage régulièrement ses analyses et donnent aussi ses conseils en tant que parieur (très) confirmé et gagnant sur le long terme.

Je partage ici un lien vers son service même si il est complet au moment où j’écris ces lignes: https://greedyz.blogabet.com

Bonne lecture ! 

David

Cet article s’appuie sur mes propres expériences en tant que parieur E Sport sur League Of Legends et Overwatch qui cherche à partager une passion et ne vise en aucun cas à l’exhaustivité. Il donne des pistes de réflexions sur la manière de parier sur l’Esport en mettant en exergue les différences notables avec les sports dit « traditionnel ». Ma vision exposée via ce document est bien évidemment ouverte à toute discussion permettant de le faire évoluer et de l’améliorer.

Ce document introduit l’E sport aux personnes n’ayant pas ou peu connaissance de cette nouvelle discipline émergeante. Elle est malheureusement souvent peu mise en valeur par les médias de masses par rapport à l’évolution importante de ce phénomène durant ces dernières années. Il traitera de l’aspect stratégique des paris sportifs en ignorant l’aspect mental qui est selon moi commun aux autres types de paris.

Qu’est-ce que l’E sport ?

 

Définition de l’E Sport

Ce sujet fait aujourd’hui débat, pour certaines personnes l’E sport ne serait pas un sport et n’aurait pas à porter ce nom de sport mais serait plus un jeu compétitif. Pour d’autres il pourrait s’intégrer comme une discipline olympique et a tout à fait sa place comme sport. Chacun a un avis là-dessus et personnellement je pense que L’E sport est un sport par son aspect hautement compétitif, l’effort d’entrainement des joueurs pour parvenir au meilleur niveau et l’effort physique et mentale qu’il faut produire lors d’un match. Mais il doit rester une catégorie à part entière et ne pas se mélanger aux sports traditionnels dans de grandes compétitions internationales pour des raisons expliquer dans le paragraphe suivant.

Ce n’est que cette année que le terme d’E sport a fait son apparition dans le dictionnaire, sa définition dans le Larousse 2018 est : « Sport électronique, pratique du jeu vidéo multijoueur, notamment en réseau : ensemble des compétitions dédiées à cette pratique ». Cette apparition dans le dictionnaire montre bien que l’E sport est pris de plus en plus en considération et marque son évolution toujours plus grande.

Concernant les paris sportif, l’E sport est actuellement considéré comme un sport de niche avec des chutes de côtes et des limites de mise plutôt basses mais ces limites vont en augmentant et on pourrait imaginer que dans l’avenir l’E sport devienne un Sport de masse.

Pas un E Sport mais des E Sports

L’E Sport est donc un genre de nébuleuse dans laquelle on incorpore tous de jeux à caractère compétitif, cela va des FPS (First Person Shooter/jeu de tir) comme CSGO et Overwatch en passant par les RTS (Real Time Strategy/jeux de stratégie) comme Starcraft 2, les TCG (Trading Card Games/jeux de carte en ligne) avec Hearthstone ou encore des MOBA (MultiplayerOnline Battle Arena/jeux d’équipe) comme LOL et Dota. Bref, le champ de l’E Sport est très vaste, il y a toujours des nouveaux venus comme Fortnite récemment qui a complètement réinventé un type de jeu, le Battle Royal et des jeux dont on ne soupçonnerait pas le caractère compétitif comme Just Dance un jeu basé sur la danse qui à son propre circuit de tournois !

Comme vous pouvez le constater cette liste non exhaustive rassemble des jeux très différents et ont chacun des mécaniques et stratégies complexes. Dans le cadre des paris sportifs il est donc impossible d’être un parieur « Des E Sports », car on ne peut tout simplement pas connaitre tous les jeux. On voit mal un tipster foot se lancer en même temps dans le criquet,et bien c’est exactement pareil dans l’E sport on ne peut pas être spécialiste de tout. Je conseille donc de se lancer dans ce domaine avec maximum 1 ou 2 jeux pour devenir un véritable expert et s’assurer de prendre les meilleurs paris possibles avec un maximum de connaissances.

 

Les Paris E Sport, une discipline pas comme les autres

Différences entre les paris « traditionnels » et les paris E Sportifs

L’E Sport étant une discipline à part entière, il y a quelques différences notables sur le marché des paris sportifs par rapport aux paris de sports traditionnels :

  • Les équipes professionnelles et les joueurs s’entrainent environ 6 jours sur 7 et minimum 8h par jours, en Corée et en Chine on dépasse largement ces horaires. Les joueurs ne sont pas ou peu impactés par des matchs à répétion. La fatigue n’est donc pas très importante à prendre en compte car elle est juste mentale et pas physique. Il arrive tout de même que certains joueur Burn out ou soit moins efficace en fin de saison lorsqu’ils ont joué beaucoup de matchs dans l’année.
  • Au foot les règles sont les mêmes depuis la nuit des temps mais dans l’E Sport pour faire vivre le jeu (gérer par un éditeur qui cherche à vendre) il doit s’adapter à son marché. Il faut donc apporter sans cesse de la nouveauté, les jeux évoluent quasiment de manière constante au fil des mises à jour et les stratégies pour gagner aussi. Il faut suivre ces changements pour savoir quelle équipe va être avantagée et qu’elle équipe va être désavantagée, selon les différents styles de jeux qui existent.
  • Les joueurs sont en général très jeunes, sur Hearthstone un enfant de 13 ans a déjà gagné un tournois. Si la compétition se passe Online, les joueurs jeunes n’auront pas ou peu de problème de pression car ils seront en confort chez eux mais si la compétition se joue sur scène alors ce critère prend toute son importance. Certaines équipes sont aussi très fortes en Online et ont tendance à s’effondrer en Offline.
  • Les parties se déroulent dans beaucoup de jeux en plusieurs manches, communément appelé BOX (au meilleur de X maps, par exemple en BO3 le premier qui gagne 2 maps remporte le match). Ces manches peuvent être jouées sur des maps différentes et donc les stratégies pour gagner peuvent changer. Une équipe pouvant être très forte sur une carte ne l’est peut-être pas sur la suivante.
  • Il y a des compétions presque toute l’année, il y a peu de période creuse et il est donc possible de faire un gros volume de paris. Encore une fois les éditeurs sont derrière ce choix, il faut faire vivre le jeu à travers l’E Sport pour vendre et créer une ferveur autour du jeu.
  • Les bookmakers ont de grandes difficultés à évaluer l’écart de niveau entre deux équipes à cause des critères cités ci-dessus. Ils n’utilisent que les statistiques et« l’image » d’une équipe pour établir des côtes.
  • Les côtes arrivent souvent peu de temps avant le match. Parfois c’est seulement 2 heures avant ce qui peut être embêtant et nous faire louper des values. Il faut donc être réactif sur l’apparition des côtes pour maximiser sa value avant que les côtes ne chutent.

Les compétences d’un parieur E Sport

La compétence principale d’un parieur E Sport est pour moi le fait de connaitre le jeu sur lequel il parie sur le bout des doigts, son lexique et les différentes évolutions du jeu voir même de les anticiper. Pour cela il n’y a pas de secret, il faut regarder beaucoup de parties pour comprendre les différentes stratégies et patterns répétitifs du jeu. Il faut être capable d’anticiper le scénario de la partie du début à la fin et les choix fait par les coachs. Il faut se tenir au courant de la métagame (stratégie la plus courante et souvent la plus efficace mise en place pour gagner) et des stratégies connues pour compléter son scénario. Il faut aussi se tenir au courant de l’actualité du jeu et de ce que souhaite faire les développeurs.

La connaissance des équipes et des différentes compétitions sur lequel mise le parieur vient pour moi en deuxième. Il faut bien évidemment connaitre les équipes sur lesquelles on parie et leurs styles de jeu. Chaque équipe à souvent des stratégies de prédilections plus ou moins efficaces selon les circonstances. Ce facteur est déterminant pour les paris sur les « faits de jeu », type Over/Under.

Il faut aussi être à l’aise avec tout ce qui est réseaux sociaux par lesquels les joueurs, commentateurs et analystes communiquent beaucoup. Vous n’êtes pas sans savoir que l’asymétrie d’information est un facteur énorme dans le monde des paris sportifs. Si l’on bénéficie d’informations que le bookmaker n’a pas forcément il sera facile de déceler les values. Il faut aussi connaitre les différents sites qui nous renseigne sur l’E Sport de manière général.

La compréhension et une interprétation juste des statistiques est nécessaire pour s’aiguiller sur le choix de certains paris. Cependant les statistiques ne doivent pas être la motivation principale du choix de tel ou tel pari mais seulement un point d’appui. Il faut aussi connaitre les bons sites de statistiques qui disposent de données pertinentes, ce qui peut parfois être difficile à trouver sur certains jeux.

Le bonus

Lors de la dernière grande compétition de League of Legends, lors du MSI 2018, 56 millions de téléspectateurs ont regardé la grande finale. Cela correspond quasiment à la moitié du nombre de téléspectateur du Superbowl 2018 (115 millions d’américains). Ces chiffres sont en constante augmentation et montre à quel point nous n’en sommes qu’au début avec l’E Sport.

À propos de l’auteur

David Tennerel administrator