Initiation à la variance (la chance) dans les paris sportifs

 

Nous allons voir aujourd’hui quelque chose de particulier et quelque chose dont on ne parle pas assez dans les paris sportifs. Il s’agit de la variance. La variance, c’est la part de chance qu’il y a dans les paris sportifs et les conséquences que va avoir cette part de chance dans les résultats.

Cela est en lien aussi avec le bilan que peut avoir un tipster ou un parieur avec ses paris sportifs. On peut se poser par exemple la question: « Ok le tipster a un bilan positif sur 100 paris mais qu’est-ce que cela veut dire concrètement ? » Est-ce que 100 paris c’est suffisant pour dire qu’un tipster est bon ? Combien de paris faut-il pour dire avec certitude qu’un tipster est bon ou pas ?

 

Simulation sur excel

J’ai donc fait une simulation simple sur un tableau excel. Cela va juste être une initiation à la variance, nous n’allons pas rentrer dans des détails trop compliqués mais cela pourra vous donner une idée des conséquences de la variance, des conséquences de la part de chance dans les paris sportifs.

J’ai simulé ici le fait que l’on avait une chance sur deux de gagner 1 et une chance sur deux de perdre 1. Cela simule le fait que l’on mise 1€ sur une cote à 2.

On va donc soit gagner 1€ bénéfice, soit on va perdre 1€. Voilà ce que simulent les chiffres (on gagne 1 unité ou on en perd 1). Le logiciel excel simule le fait qu’il y ait une chance sur deux que l’on gagne ou que l’on perde 1. Cela a pour conséquence que logiquement sur le long terme (c’est la loi des grands nombres en mathématique) on aurait un retour sur investissement (ROI) de 0%. En effet, étant donné que l’on a une chance sur deux de gagner 1 unité et une chance sur deux de perdre 1 unité, et bien sur le très long terme on devrait être en toute logique à 0 et donc avoir un ROI de 0%. C’est le retour sur investissement théorique qui est de 0.

J’ai donc simulé les gains et les pertes que l’on avait ici sur 10, sur 100, sur 1000, sur 10 000 puis enfin sur 50 000 paris afin de voir un peu ce que cela pouvait donner et voir les écarts entre le ROI que l’on va trouver et le ROI théorique qui est de 0 (comme vu précédemment on ne gagne rien sur le long terme en théorie).

Après cette simulation au hasard, voici les résultats que l’on peut voir:

 

Simulation sur 10 paris

Sur 10 paris on peut voir que l’on est à +2 unités de gagner ce qui nous donne un ROI de +20%.

Ce ROI de +20% est un écart énorme avec ce que l’on devrait trouver en théorie sur le long terme qui est de 0%.

Sur 10 paris on peut donc voir que le ROI est très éloigné du ROI théorique. Cela veut dire que sur 10 paris cela ne nous apporte aucune information sur le niveau de compétence du tipster et peu importe ses résultats. 10 paris c’est un nombre trop faible pour déterminer le véritable ROI du tipster. L’écart de 20% par rapport au ROI théorique est donc colossale mais on aurait très bien pu trouver encore plus comme +30% voire +40% (ou -40%) cela n’aurait pas été étonnant. Si un tipster vous donne un bilan avec 10 paris, cela n’a aucune valeur même si son ROI est très positifs.

 

Simulation sur 100 paris

J’ai fait la même simulation sur 100 paris.

On a gagné ici 10 unités dans la simulation. 10 unités correspondent à un ROI de +10% ici. Ce que l’on peut voir c’est que l’on commence à se rapprocher du ROI théorique de 0% même si on en est encore loin. On a encore un écart de 10% par rapport au ROI théorique. Cela nous dit que 100 paris c’est encore faible pour pouvoir dire si un tipster ou un parieur est compétent.

 

Simulation sur 1000 paris 

J’ai ensuite fait la même simulation sur 1000 paris.

On tombe ici sur un ROI de +4.20%. On commence alors à se rapprocher du ROI théorique de 0%. On a un écart de 4% ce qui reste assez important. Je dis souvent dans mes vidéos et mes articles qu’avant de commencer à choisir un tipster, celui-ci doit avoir un minimum de 400 paris dans son historique et ce tableau le montre bien. 10 ou 100 paris sont des historiques beaucoup trop faibles. Avec 1000 paris on commence à se rapprocher du ROI théorique et cela commence à être intéressant.

 

Simulation sur 10 000 paris

Sur 10 000 paris, on trouve un ROI de +1.14%.

Ça y est, sur 10 000 paris on peut commencer à parler de long terme car on a plus qu’un écart de 1% par rapport au ROI théorique. Cela signifie que si vous trouvez un tipster qui a 10 000 paris dans son historique (c’est extrêmement rare de trouver un tipster avec autant de paris) on pourra considérer que c’est son ROI théorique.

Par exemple, si vous trouvez un tipster qui a un historique de 10 000 paris avec un ROI de +8%, on pourra considérer qu’à 1% prêt, son ROI théorique sera entre 7 et 9%. Avec 10 000 paris on a une grosse information par rapport au ROI. La simulation montre bien que sur 10 000 paris on a plus que 1% d’écart.

 

Simulation sur 50 000 paris

La dernière simulation porte sur 50 000 paris. On tombe ici sur un ROI de +0.10%.

Cela montre que l‘écart devient maintenant extrêmement faible et que là on peut dire qu‘on atteint le long terme parce que le ROI sur 50 000 paris est extrêmement proche du ROI théorique qu’on devrait avoir.

Là clairement, un tipster qui aurait 50 000 paris dans son historique (je n’en ai jamais vu, c’est de la théorie) et qui aurait par exemple un ROI de +3%, on pourrait considérer que sur le long terme il aura à peu prêt 3% et qu’il n’y aura plus trop d’écart.

 

Conclusion

Pour résumer, je dirais que ce tableau nous montre bien que sur 10 ou sur 100 paris, cela ne sert à rien de juger un tipster ou juger un parieur. On a aucune information et les écarts sont trop grands entre le ROI qu’à le tipster et son ROI théorique.

Sur 1000 paris c’est intéressant et l’écart est moins important. Un tipster qui aurait 1000 paris et qui aurait un ROI de 10%, on pourrait considérer que son ROI théorique se situerait entre +5% et +15%.

Quand on dépasse 10 000 paris le ROI qu’a le tipster est très proche de son ROI théorique.

Cette simulation montre bien à quelle point la chance (la variance) a un impact fort sur le court terme mais n’a quasiment plus d’impact sur le très long terme et c’est ça qui est intéressant ici. On ne juge pas un tipster sur le court terme, on le juge sur le long terme.

La variance dans les paris sportifs est une notion qui est assez méconnue pour la plupart des parieurs et c’est pourtant une notion primordiale pour comprendre l’impact de la chance sur les résultats que l’on peut avoir.

 

David Tennerel

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *