Analyse de la courbe de gain d’un parieur pro sur 20000 paris

 

Antoine, parieur professionnel sur le basket

Nous allons analyser aujourd’hui la courbe de gain et les résultats d’un parieur professionnel sur un historique assez grand (20 000 paris).

J’ai la chance pour ça d’avoir un ami parieur professionnel Antoine qui a accepté de me transmettre sa courbe de gain. Antoine est parieur pro depuis près de 4 ans et sa spécialité est tout ce qui est basketball sur les marchés over/under c’est à dire qu’Antoine ne mise que sur le fait qu’il va y avoir plus ou moins de points dans un match. Parfois il mise des over et parfois des under.

Il mise en ouverture de marché. Cela veut dire qu’il analyse les matchs de basket avant que les cotes ne sortent chez les bookmakers. Il repère les values potentielles qui pourraient sortir et lorsque les cotes sortent chez les bookmakers, il prends tous les paris qui lui semblent value. Comme cela il trouve les erreurs les plus grossières chez les bookmakers et c’est ce qui lui permet de faire des gains sur le long terme.

L’avantage de jouer en ouverture de marché c’est qu’effectivement c’est là où les erreurs des books sont les plus grosses car ils ne sont pas encore bien ajustés par rapport au marché par contre le principal inconvénient sont les limites de mise car on ne peut pas miser en ouverture de marché de très grosses sommes. Antoine n’est donc pas un parieur qui va miser 1500€ ou 2000€ sur un match, il va miser moins mais il va avoir une stratégie de volume. Cela veut dire qu’il va faire énormément de paris, en moyenne 5000 paris à l’année, ce qui est colossal quand on sait qu’un tipster fait en moyenne 400 à 500 paris par an.

 

Analyse de la courbe de gain

On va essayer de décortiquer au mieux cette courbe pour y voir un peu tout ce qu’on peut y voir et essayer d’en tirer certains enseignements.

Alors la première chose que l’on peut voir c’est le nombre de paris tout simplement. C’est un très gros historique de paris puisque l’on a 22 000 paris. Cela représente les résultats d’Antoine sur les 4 dernières années. Cela fait un peu plus de 5000 paris à l’année ce qui est tout simplement énorme. C’est vraiment une chance puisque grâce à cela on a un historique de 22 000 paris et il est vraiment très rare de trouver un tel échantillon.

La deuxième chose c’est l’axe des ordonnés. Il faut savoir que Antoine quand il a commencé, avait une certaine unité de mise et elle a grossi avec le temps et il a aujourd’hui une unité de mise plus importante. Pour que cette courbe reste cohérente, il a simulé ses résultats comme si il avait eu toujours une unité de mise de 100€. On a donc sur la gauche les gains que ça aurait représenté avec une unité de 100€. 10 000€ de gain représente donc 100 unités de mise. On a fait cela pour garder une cohérence et simuler le fait qu’on ait eu les mêmes unités de mise du début à la fin ce qui est plus logique pour analyser une courbe.

 

Les résultats

Ce que l’on peut voir en terme de résultat, c’est que sur 22 600 paris, Antoine a gagné 900 unités de mise. Cela représente un ROI de environ +4%. Sur un tel volume c’est un excellent retour sur investissement. On peut vraiment parler ici de long terme.

Les premières choses que l’on pourrait dire, c’est que là on a une courbe qui représente le long terme avec un parieur qui a +4% de retour sur investissement sur le très long terme ce qui représente 900 unités de gagnées.

Qu’est-ce que pourrait nous dire d’autre cette courbe ?

 

De longues périodes break even

Quand on commence par regarder le début des résultats d’Antoine, ce que l’on peut voir c’est que par exemple à partir du 1200eme pari et jusqu’au 5000eme pari, Antoine, malgré le fait qu’il soit un parieur qui gagne de l’argent sur le long terme, est resté à 0 durant près de 4000 paris. C’est quelque chose d’assez impressionnant et que l’on a du mal à assimiler en tant que parieur.

On peut voir qu’au début cela a dû être très compliqué (il m’avait d’ailleurs dit qu’il avait pensé abandonner) puisqu’il n’a rien gagné durant 4000 paris et 4000 paris c’est un historique énorme. Lorsqu un parieur arrive à 4000 paris d’historique en faisant ses propres paris ou en suivant des tipsters, c’est déjà énorme. Au vu de la courbe cela reste relativement normal. Ce sont des périodes de breakeven, c’est à dire que durant plusieurs centaines ou milliers de paris, on ne gagne pas d’argent.

On retrouve une autre longue période de break even sur sa courbe entre le 15000eme pari jusqu’au 20 000eme pari où il se retrouve au même point en terme de gains. Durant 5000 paris, il n’a encore pas gagné d’argent. Encore une fois ce sont des périodes extrêmement longue et pourtant cette courbe nous montre que c’est normal pour un parieur compétent qui a un bon ROI sur le long terme.

Quand on est un parieur, même confirmé, on a pas cette impression que l’on puisse rester si longtemps sans gagner. On se dit qu’à partir du moment où l’on est un bon parieur gagnant sur le long terme, on ne peut pas rester 5000 paris sans gagner ça ne serait pas normal. Or cette courbe nous montre que au contraire c’est normal.

 

Des périodes de bad run

Une autre chose que l’on peut voir en plus des périodes breakeven, ce sont les périodes de bad run.

Par exemple, à un moment il est à environ 730 unités de gains et on peut voir qu’en à peu près 1000 paris, il retombe à 670 unités. Cela veut dire que sur cette période il a perdu 60 unités de mise en 1000 paris environ. Et ça c’est vraiment énorme parce que en tant que parieur on a l’impression qu’il est impossible de perdre 60 unités de mise. Or cette courbe nous montre aussi que c’est une idée reçue car malgré le fait que Antoine soit un parieur gagnant, il a perdu ici sur 1000 paris, 60 unités de mise. C’est clairement colossal. Imaginez nous en tant que parieur, si on perd déjà 10 ou 15 unités de mise, on aurait déjà tendance à presque ne pas trouver cela normal.

Et on peut voir sur cette courbe qu’il y a pas mal de petites périodes où il va perdre pas mal d’unités de mise. Par exemple, on peut voir beaucoup de petit bad run de 20 à 30 unités de mise sur la courbe. C’est très fréquent.

On peut se rendre compte que ces périodes arrivent très souvent même pour un parieur gagnant. C’est fréquent de perdre 10, 15, 20 ou 30 unités de mise. C’est assez standard et normal. Il a toujours remonté ses périodes de perte. Les plus gros bad run sont de 60 unités de mise ici. C’est cependant beaucoup plus exceptionnel de perdre 60 unités de mise par contre en perdre 20 à 30 c’est clairement normal sur le long terme.

 

Des périodes de good run

A l’inverse il va y avoir des périodes où il va énormément gagner. Par exemple, il me disais que ces derniers mois et dernières semaines il est dans un très gros good run. Par exemple, sur les 1000 derniers paris, il a gagné 100 unités de mise.

On se rend donc compte que clairement des fois il ne va pas gagner durant longtemps, parfois il va même perdre. Cependant, parfois il va gagner beaucoup plus que ce qu’il devrait gagner en théorie. C’est le cas des dernières semaines mais aussi sur d’autres endroits sur la courbe.

 

Conclusion

Voilà ce que pourrait nous dire cette courbe. Sur le long terme, un parieur gagnant va avoir de très longue période où il ne va ni gagner ni perdre, il va avoir des bad run entre 15 et 60 unités et puis enfin il va avoir de gros good run où il va gagner énormément d’unités en très peu de temps comme c’est le cas pour Antoine dernièrement.

Cela montre bien qu’un parieur est soumis à la variance et la chance va avoir un impact fort sur ses résultats à court terme mais sur le long terme la chance impact très peu puisque on peu voir que sa courbe monte quasiment tout le temps.

Voilà pour les résultats d’Antoine, parieur pro sur le basket. Je le remercie de m’avoir transmis cette courbe que je trouve très intéressante. Cela fait relativiser puisque l’on a tendance à voir le très court terme en tant que parieurs.

 

David

 

Un commentaire

  1. hays

    Salut David!
    j’ai un avis à te demander concernant les books.com ( pinnacle, sbobet, betfair, 1XBET etc..) je me disais :
    Est ce qu’avec un capital à partir de 30 milles ou 40 milles €, il vaut mieux aller s’installer dans les pays où ces books sont autorisés pour éviter les mauvaises surprises? Ou bien continuer à utiliser un VPN en France?
    Je me pose ces questions, car avec un gros capital les mises et les gains sont énormes, donc ces books pourraient se renseigner sur mon compte et dans l’éventualité même avec un VPN pourraient me démasquer comme étant un joueur français et donc bloqué mon compte..Et là c’est la catastrophe parce qu’on a nulle part où aller se plaindre.. Merci à toi par avance, pour ton retour.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *